ESPAÑOL                        PORTUGUÊS                       ENGLISH 

BIBLE EN LIGNE        

BIBLE EN LIGNE (Comparaison de traductions en Français)       

BIBLE EN LIGNE (Plusieurs langues proposées)

Menu thématique d’articles bibliques

Le symbolisme des chiffres

dans la Bible

Introduction

Dans la Bible, les chiffres et les nombres, quand ils ne sont pas à prendre au sens littéral, ont une valeur symbolique qui est souvent une expression littéraire de ce qui est unique, complet, incomplet, complété, en abondance… Ce symbolisme peut faire allusion tant à la quantité, qu’à l’espace. Pour chaque numéro ou chiffre dont le symbolisme sera révélé, des textes bibliques seront cités avec les expressions importantes pour la bonne compréhension (Jean 17 :17 "Ta parole est vérité", la Bible).

Tout d'abord, cette étude biblique n’a rien à voir avec la numérologie, une forme de spiritisme que la Bible condamne. Cette étude n’a rien à voir non plus, à un "code" numérique secret qui est aussi contraire à l’esprit biblique (La numérologie spirite : "Or les œuvres de la chair sont manifestes ; ce sont fornication, impureté, dérèglement,  idolâtrie, pratique du spiritisme" (Galates 5:19-21) ; L’ésotérisme n’est pas conforme à l’esprit biblique: "Mais il n’y a rien de soigneusement caché qui ne soit révélé, et rien de secret qui ne vienne à être connu" (Luc 12:2)) (LECTURE DE LA BIBLE; ENSEIGNEMENT DE LA BIBLE).

Comment se fait-il que les nombres, dans la Bible, tant le texte hébreu que grec, soient souvent utilisées dans des figures de styles ? La réponse pourrait être qu’en hébreu et ainsi qu’en grec, les nombres sont écrits avec les lettres de l’alphabet. Cela permet de mieux comprendre certaines expressions liées à l’insistance. Prenons l’exemple d’un passage biblique: "Il y a six choses que Jéhovah hait vraiment ; oui, sept sont des choses détestables pour son âme" (Proverbes 6:16). Bien évidemment, si on lit ce verset en résonnant de manière binaire, on pourrait se poser la question, c’est 6 ou c’est 7 ? Maintenant, si on comprend que dans la bible, souvent le chiffre six exprime ce qui est considérable, et que le sept, comparé au six, à une valeur superlative. De sorte que Proverbes 6:16, pourrait très bien s’interpréter de la manière suivante (chiffres entre parenthèses) : "Il y a de nombreuses choses (6) que Jéhovah hait vraiment ; oui qu’il déteste au plus point (7)".

Il y a une autre particularité dans le symbolisme des chiffres, c’est que cela semble souvent s’appliquer à l’ensemble des livres de la Bible. En règle générale, les énigmes bibliques qui ne font pas intervenir les chiffres symboliques, se résolvent dans le contexte immédiat ou général du livre. Et ces symboles n’ont pas forcément la même signification d’un livre biblique à l’autre. Par exemple, le chiffre 2 peut signifier le pluriel. Cette signification se retrouve dans le texte de la prophétie de Daniel et l’Apocalypse (Daniel 12 :7 et Apocalypse 12 :14 "des" temps = 2 temps). Le trois symbolise souvent l’insistance (Esaïe 6:3 et Apocalypse 4:8 "saint, saint, saint" ; Ezéchiel 21:14 "on doit répéter par trois fois"). Voyons différents exemples dans l’examen biblique qui suit.

Le chiffre 1

Le chiffre 1, qui représente ce qui est unique, et qui n'a pas son pareil. Cela s’applique à Jéhovah Dieu: "Écoute, ô Israël ! Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah" (Deutéronome 6:4). Son nom est unique : "JE SERAI CE QUE JE SERAI" (Exode 3:14). Quand Jéhovah fait dire à Moïse, qu'il est "un seul Jéhovah", cela veut dire que son Nom et sa Personne Unique n'est en rien attaché à lieu ou un localité, contrairement aux autres faux dieux qui avaient un nom en lien à un lieu (Baal-Tséphôn (Exode 14:2) ; Baal de Péor (Nombres 25:3)).

Le chiffre 1 représente ce qui est non semblable et qui ne sera pas répété ou recréé. Jéhovah a un fils "unique", Jésus-Christ, qui n’est en rien semblable aux millions d’autres anges dans les cieux qui sont désignés comme "fils de Dieu" (Job 2:1): "Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique-engendré" (Jean 3:16). Jésus-Christ est le seul être spirituel, à avoir était créé directement par Dieu. Les autres créatures célestes et terrestres ont été créées par l’intermédiaire du Logos, Jésus-Christ: "Celui-ci était au commencement avec Dieu" (Jean 1 :2). Si le Logos était seul avec Dieu, au commencement de la création, c’est bien la preuve qu’il a été créé directement par Dieu. L’apôtre Jean ajoute: "Toutes choses vinrent à l’existence par son intermédiaire, et en dehors de lui pas même une chose ne vint à l’existence" (Jean 1:3). C’est en ce sens que Jésus-Christ est un Fils de Dieu unique.

Le chiffre 1 est appliqué à Jéhovah et Jésus-Christ : "Moi et le Père, nous sommes un" (Jean 10:30). L’expression “être un” avec une autre personne (ou un groupe), exprime l’unité dans le dessein et l’action. Dans une de ses dernières prières écrites dans l’évangile de Jean, peu de temps avant sa mort, voici la requête qu’il a faite à son Père, à propos de ses disciples: “Je fais une demande, non pas seulement au sujet de ceux-ci, mais aussi au sujet de ceux qui ont foi en moi grâce à leur parole ; afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en union avec moi et moi je suis en union avec toi, pour qu’eux aussi soient en union avec nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé” (Jean 17:20,21). C’est Jésus-Christ lui-même qui donne le sens d’être un avec son Père: “comme toi, Père, tu es en union avec moi et moi je suis en union avec toi”. D’ailleurs, dans cette même dernière soirée, pour souligner cette unité complète avec son Père, Jésus a dit: “qui m’a vu, a vu le Père”: “Philippe lui dit : “ Seigneur, montre-​nous le Père, et cela nous suffit. ” Jésus lui dit : “ Depuis si longtemps que je suis avec vous, et pourtant, Philippe, tu n’es pas parvenu à me connaître ? Qui m’a vu a vu le Père aussi. Comment se fait-​il que tu dises : ‘ Montre-​nous le Père ’ ?  Ne crois-​tu pas que je suis en union avec le Père et que le Père est en union avec moi ? Les choses que je vous dis, je ne les dis pas en tirant ce que j’annonce de mon propre fonds ; mais le Père qui demeure en union avec moi fait ses œuvres.  Croyez-​moi : que je suis en union avec le Père et que le Père est en union avec moi ; sinon, croyez à cause des œuvres elles-​mêmes”” (Jean 14:8-11,20,21).

Le symbolisme du 1, est utilisée pour le jour "unique" de Jéhovah, la grande tribulation à venir un événement unique dans l’histoire et qui se répétera plus dans l’avenir : "Et vraiment cela deviendra un jour unique qui est connu comme appartenant à Jéhovah" (Zacharie 14:7). "Et à coup sûr ce sera un temps de détresse tel qu’il n’y en a pas eu depuis qu’une nation a paru jusqu’à ce temps-là" (Daniel 12:1). "car alors il y aura une grande tribulation telle qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, non, et qu’il n’y en aura plu" (Matthieu 24:21). Ce jour sera unique dans le sens qu’il ne se répètera plus dans l’éternité. Le futur Jour de Jéhovah, n’aura jamais son équivalence en termes de puissance de la Gloire de Jéhovah, qui se manifestera par une force de destruction sans pareille (Grande tribulation).

Le chiffre 1, s’applique dans la propitiation qui mène au pardon, permettant l’obtention de la vie éternelle. Chaque humain devra rendre des compte pour lui-même: "Ainsi donc, chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même" (Romains 14:12 ; Nombres 29 :13-36). La propitiation et le pardon se feront humain par humain, sur la base du sang du Christ (Matthieu 26:28).

Le chiffre 2

Le chiffre 2 ou la répétition deux fois, symbolise la certitude d’une déclaration prophétique, l’accomplissement assuré d’un évènement futur: "Et si le rêve a été deux fois répété à Pharaon, c’est que la chose est solidement établie de la part du vrai Dieu et que le vrai Dieu se hâte de la faire" (Genèse 41:32).

Le chiffre 2, associé au chiffre 1, symbolise le pluriel en général: "c’est là qu’elle est nourrie pendant un temps et des temps et la moitié d’un temps" (Révélation 12 :14 (1 temps, "des" temps = 2 temps, et la moitié d’un temps, soit 3 temps et demi (comparer avec Daniel 12:7 (une prophétie parallèle)).

Dans la liste des offrandes (de grains ou d’animaux), le chiffre 2, associé à une offrande, signifie qu’il est en faveur d’un groupe d’humains, comme par exemple les 144000. Le groupe d’humains de 144000, racheté de la terre est mis à part (saint) pour Jéhovah, comme offrande sainte (mise à part pour Jéhovah Dieu et le grand-prêtre Jésus-Christ) (Apocalypse 5:10). L’offrande balancée de grains et des deux pains avec du levain, fait allusion à ce groupe d’humains sur terre, mis à part (saint) pour Dieu et le Christ pour un ministère terrestre (avant leur mort et résurrection céleste). Les grains et les deux pains représentent ce groupe d’humains avec leur héritage du péché adamique (le chiffre deux symbolise le groupe), les grains et les pains avec le levain (le ministère d’humains avec, sur terre, leur héritage du péché adamique). En 1 Corinthiens 15:35-41, l’apôtre Paul compare un corps humain à un grain nu, qui, plus tard après sa mort, est mis en terre pour germer (résurrection) pour une nouvelle vie (céleste dans ce cas (cependant, cela peut s’appliquer à la résurrection terrestre aussi)). Tout comme le pain sans levain, représente le corps sans péché (sans levain) du Christ, ainsi les deux pains représentent un groupe (deux), d’humains avec les gènes du péché adamique (1 Corinthiens 5:7 (enlever le vieux levain) ; 10:16-17 (pain sans levain) ; Lévitique 23 :16-20).

Le chiffre 2, associé au chiffre 3, symbolise l’insistance dans l’action: "Vois ! Toutes ces choses, Dieu les accomplit, deux fois, trois fois, pour l’homme robuste" (Job 33:29). Le "deux fois" signifie l’insistance, "trois fois" a une valeur superlative dans l’insistance de Dieu, en faveur de l’homme robuste.

Le chiffre 2 a une valeur juridique en cas de controverse. C’est le minimum requis pour authentifier un témoignage: "Sur le dire de deux témoins ou de trois toute affaire doit être établie" (2 Corinthiens 13:1). La présence d’un troisième témoin, certifie d’autant plus l’authenticité du témoignage. Le témoignage d’un seul témoin (seulement verbal, et sans preuve), n’a pas aucune validité, quand bien même ses déclarations pourraient être exactes: "N’accepte pas d’accusation contre un ancien, si ce n’est sur la déposition de deux ou trois témoins" (1 Timothée 5:19). S’il apporte des preuves concrètes de ses dires, ces dernières feront office de deuxième témoin ou témoignage (reçus, factures, reconnaissances de dettes…). Cependant, même dans ce cas, il faudra deux ou trois témoins pour authentifier ces preuves: "De plus, si ton frère commet un péché, va exposer sa faute entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais s’il n’écoute pas, prends avec toi une ou deux autres personnes, pour que sur le dire de deux ou trois témoins toute affaire soit établie. S’il ne les écoute pas, parle à la congrégation. S’il n’écoute pas non plus la congrégation, qu’il soit pour toi comme un homme des nations et comme un collecteur d’impôts" (Matthieu 18:15-17).

Le chiffre 3

Le chiffre 3 exprime ce qui est au summum quand il s'agit d'une répétition. Une louange adressée à Dieu à trois reprises, signifie une expression superlative de cette qualité divine: "Et elles n’ont pas de repos jour et nuit tandis qu’elles disent : “Saint, saint, saint est Jéhovah Dieu, le Tout-Puissant, qui était et qui est et qui vient'" (Révélation 4:8).

Le chiffre 3, qui suit le chiffre 2, signifie le maximum dans l'action, le 2 symbolisant, le minimum requis, dans une procédure de témoignage, par exemple: "Mais s’il n’écoute pas, prends avec toi une ou deux autres personnes, pour que sur le dire de deux ou trois témoins toute affaire soit établie" (Matthieu 18:16).

Le chiffre 4

Le chiffre 4 représente ce qui est complet dans l’espace et le volume ("Et voilà qu’un grand vent est venu de la région du désert ; il s’est mis à battre les quatre coins de la maison" (Job 1 :19)). Ce chiffre évoque les quatre points cardinaux décrits comme les quatre "coins" de la terre ("Après cela j’ai vu quatre anges qui se tenaient debout aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents de la terre" (Révélation 7:1 ; Révélation 20 :8)).

Ce même chiffre 4, multiplié par lui-même et ensuite par 100 (4x4x100), évoque non seulement la totalité de l’espace, mais aussi son volume ("sur une distance de mille six cents stades" (Révélation 14:20). Le "stade" est une unité de mesure romaine la plus grande (185 mètres ou 607 pieds). Ce qui signifie, dans ce texte biblique, sur la totalité de la terre. Et pour ajouter à la distance, le volume énorme, le récit mentionne que le sang allait "jusqu’aux mors des chevaux").

Le chiffre 5

Le chiffre 5 est souvent associé (comme multiple) à la distance en largeur en longueur, la symétrie ou l’aspect carré. Le carré de 5 (5x5=25) est souvent mentionné dans le partage territorial particulièrement dans la vision du temple vu par Ézéchiel et son territoire Israël (Ézéchiel 40-48).

Dans le livre de la Révélation ce chiffre est utilisé une fois sur un plan symbolique en mentionnant une plaie de sauterelles qui harcèlent les humains pendant "cinq mois" (Révélation 9 :5-11). Les "Cinq mois" symbolisent la durée de vie de la sauterelle. Ainsi, le harcèlement spirituel de ces "sauterelles" symboliques, dure toute l’existence de cet insecte. Dans ce contexte, le "cinq mois", représentent toute la vie de la sauterelle ; ce qui signifie qu'elles harcèleront, sans cesse et sans arrêt, tant qu’elles existeront, jusqu’à ce que Dieu les fasse disparaître (comparer avec Exode 10:4-19)…

Le chiffre 6

Le chiffre 6 exprime l’abondance, sans que cela soit la totalité, souvent suivi du 7, qui est un superlatif comparé au 6: "Il y a six choses que Jéhovah hait vraiment ; oui, sept sont des choses détestables pour son âme" (Proverbes 6:16). "En six détresses il te délivrera, et en sept rien de funeste ne te touchera" (Job 5:19).

Dans la prophétie d’Ezéchiel chapitre 9, l’homme à l’écritoire, qui marque les humains qui survivront à la grande tribulation, est suivi par six hommes destructeurs. Si l’homme à l’écritoire représente Jésus-Christ qui jugera l’humanité avant la grande tribulation, les six hommes représentent une grande partie des anges, dans les cieux qui participeront à la destruction: "Quand le Fils de l’homme arrivera dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il s’assiéra sur son trône glorieux" (Matthieu 25:31). Par conséquent, le chiffres 6, associé à ces hommes destructeurs, symbolisent une très grande partie des anges dans les cieux qui participeront à la grande tribulation.

En Révélation 4:8, il est écrit que les créatures auprès de Dieu ont 6 ailes (3 paires d’ailes), ce qui semble symboliser l’extrême rapidité de déplacement de ces créatures, associée à une extraordinaire acuité visuelle sous tous les angles, étant donné qu’elles sont pleines d’yeux.

Le chiffre 666 du livre de la Révélation chapitre 13:18, est le "nombre de son nom" ou une désignation. Ce nombre-nom symbolise la marque de la bête sauvage, une soumission mêlée d’adoration à la souveraineté humaine mondiale, à la fois mondialiste et patriotique. La création de l’image de la Bête (ONU), représente les bases d’une nouvelle idéologie et d’un culte mondialiste autour de cette image idolâtrique. Selon le livre de la Révélation, il semblerait que le nombre 666, soit un marqueur historique, étant le début de la mise en application de façon concrète, de l’idéologie mondialiste. Cependant, le livre de la Révélation, donne un détail très précis, pour permettre aux perspicaces, de savoir à quoi correspond le nombre 666, voici ce qui est écrit: "Et elle oblige tous les gens, les petits et les grands, et les riches et les pauvres, et les hommes libres et les esclaves, pour qu’on donne à ceux-ci une marque sur leur main droite ou sur leur front, et pour que personne ne puisse acheter ou vendre, sauf celui qui a la marque, le nom de la bête sauvage ou le nombre de son nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse : Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête sauvage, car c’est un nombre d’homme ; et son nombre c’est six cent soixante-six" (Révélation 13:16-18). Le "calcul" de ce nombre 666, est de fait, une compréhension de sa signification, et non une simple opération arithmétique.

Le chiffre 7

Le chiffre 7 symbolise le superlatif, le summum, ce qui est complet ou la complétude. Ce chiffre est en relation directe avec Dieu, il a donc une valeur symbolique sacrée (Genèse 4:15 le maximum d’une sentence "sept fois" ; la complétude d’une semaine de création de "sept jours" (Genèse 2:1-3). Le septième jour est le symbole de l’achèvement de cette création par un "repos"). Le 6 associé au 7, exprime l’insistance et ce qui est complété. "6, oui 7", exprime ce est complété par son maximum ("Il y a six choses que Jéhovah hait vraiment ; oui, sept sont des choses détestables pour son âme" (Proverbes 6:16) ; "En six détresses il te délivrera, et en sept rien de funeste ne te touchera" (Job 5:19)).

Le 7 associé au 8 exprime l’abondance ou la surabondance ("Donne une part à sept, ou même à huit, car tu ne sais pas quel malheur arrivera sur la terre" (Ecclésiaste 11 :2) ; "il nous faudra susciter contre lui sept bergers, oui, huit ducs d’entre les humains" (Michée 5 :5)). Le 7 associé à un multiple comme 2 (7x2), peut aussi exprimer l’abondance (Genèse 31:41). Ils peuvent exprimer la complétude d’un groupe (d’humains) (Nombres 31 :12-32 (7, ce qui complet ; 2 facteur de 7 (2x7), pour le groupe ; ainsi que le 10 facteur de 7 (10x7) : Nombres 11:16,24 "Réunis-moi soixante-dix hommes d’entre les anciens d’Israël"). Le 70 (7x10) ajouté d’une autre unité sept exprime ce qui est indéfini ou sans fin (77=(7x10)+7) ("Jésus lui dit : “Je te dis, non pas : Jusqu’à sept fois, mais : Jusqu’à soixante-dix-sept fois" (Matthieu 18 :22 comparer avec Genèse 4:24).

Le nombre 70 (7x10), représente un groupe d’humains justes devant Dieu: "Alors Jéhovah dit à Moïse : “ Réunis-moi soixante-dix hommes d’entre les anciens d’Israël, dont tu sais qu’ils sont des anciens du peuple et des préposés en son sein ; tu devras les amener à la tente de réunion, et ils devront se placer là avec toi" (Nombres 11:16).

Dans le livre de la Révélation (Apocalypse), le chiffre 7 signifie exactement la même idée biblique générale, de ce qui est complet en relation avec Dieu et le sacré, au maximum ou l’expression de la toute-puissance de Dieu: Révélation chapitre 2 et 3, les "sept congrégations", représentent à la fois littéralement les sept congrégations existantes à l’époque de l’apôtre Jean, mais aussi, par le chiffre "sept", ces congrégations sont la représentation de l’ensemble des congrégations chrétiennes sur terre (à l'époque de Jean, comme à notre époque). Les "sept esprits" de Dieu représentent sa toute-puissance (Révélation 4:5).

Dans le livre de l’Apocalypse, le chiffre 7 est souvent associé au nombre 10 (Apocalypse 12:3 ; 13:1 ; 17:3,7). En analysant l’expression sept têtes et dix cornes, le sept exprime ce qui est complet tant que groupes, nations ou puissances mondiales : "Les sept têtes représentent sept montagnes". Ces montagnes représentent des royaumes. Tandis que le 10, exprime la complétude sur le plan individuel ou d’une personne, car elles représentent des rois, c’est-à-dire des êtres humains sur un plan individuel: "Et les dix cornes que tu as vues représentent dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais ils reçoivent pouvoir comme rois, une heure, avec la bête sauvage" (Apocalypse 17:12).

Le sept et le dix sont associés à une date qui marque la célébration dramatique du Jour des Propitiations, le septième mois du calendrier biblique, Ethanim (Tishri), le dixième jour, date qui apparaît de manière cryptée en Apocalypse 11:19: "Et le temple-sanctuaire de Dieu qui est dans le ciel a été ouvert, et on a vu l’arche de son alliance dans son temple-sanctuaire. Et il y a eu des éclairs, et des voix, et des tonnerres, et un tremblement de terre, et une grande grêle". Jéhovah Dieu n’autorisait que l’arche de l’alliance soit vue, seulement le 10 Ethanim (Tishri).

Le chiffre 40

Le chiffre 40, dans la Bible, est souvent associé à la complétude dans le temps. Les Israélites furent sanctionnés de 40 ans d’exode dans le désert : "Car les fils d’Israël avaient marché quarante ans dans le désert, jusqu’à ce qu’ait disparu toute la nation des hommes de guerre qui étaient sortis d’Égypte, qui n’avaient pas écouté la voix de Jéhovah et auxquels Jéhovah avait juré qu’il ne leur ferait pas voir le pays que Jéhovah avait juré à leurs ancêtres de nous donner, pays ruisselant de lait et de miel" (Exode 16 :35 ; Josué 5 :6).

Jésus-Christ a jeûné après son baptême, pendant 40 jours dans le désert: "Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, alors il eut faim" (Matthieu 4:2).

Le chiffre 10

Le chiffre 10 a plusieurs symbolismes selon le contexte biblique, qui évoquent souvent l’abondance ou une accentuation quand il devient un multiple ("puisses-tu devenir des milliers de fois dix mille" (Genèse 24:60) ; "Votre père s’est joué de moi, il a changé dix fois mon salaire" (Genèse 31 :7,41) ; "(ils) m’ont mis à l’épreuve ces dix fois et n’ont pas écouté ma voix" (Nombres 14 :22) ; "Voilà dix fois que vous vous êtes mis à me réprimander ; vous n’avez pas honte de me traiter si durement" (Job 19 :3)).

Il peut évoquer ce qui est complet dans une action (Les dix plaies d'Égypte (Exode 7-12)). Les dix plaies d'Égypte trouvent un écho symbolique par les trois fois 7 plaies de l’Apocalypse (Des 7 sceaus, des 7 trompettes et des 7 bols), ce qui démontre que le symbolisme du 7 et du 10 peuvent prendre le même sens pour ce qui est complet.

Le chiffre 10, dans la Révélation est associé à la date du 10 Tishri (Éthanim), le jour des propitiations, qui apparait de manière cryptée, en Révélation 11:19 par la vision de l’arche de l’alliance, visible seulement à cette date (dans le passé) (Lévitique 16:2) : "Écoute ! Le Diable continuera de jeter quelques-uns d’entre vous en prison pour que vous soyez pleinement mis à l’épreuve, et pour que vous ayez une tribulation pendant dix jours. Montre-toi fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie" (Révélation 2 :10). Ces 10 jours peuvent faire allusion à une épreuve complète dans le temps, mais aussi à la date du 10 Tishri, qui aboutira, comme l’a dit Paul sous inspiration, à la mort puis à l’accomplissement de l’espérance de la vie éternelle au ciel, pour l’ensemble des 144000 : "Cette [espérance], nous l’avons comme une ancre pour l’âme, à la fois sûre et ferme, et elle pénètre à l’intérieur du rideau" (Hébreux 6 :19). L’intérieur du rideau est le très saint dans le sanctuaire où se trouvait l’arche de l’alliance, symbole de la présence de Dieu. Le 10 évoque un ensemble complet, associé souvent aux dix cornes des bêtes sauvages qui représentent l’ensemble des gouvernements mondiaux, ou la souveraineté humaine mondiale (Révélation 12 :3 ; 13 :2 et chapitre 17).

En Révélation, il est question du dixième de la ville sainte : "Et à cette heure-là il y a eu un grand tremblement de terre, et le dixième de la ville est tombé ; et sept mille personnes ont été tuées par le tremblement de terre, et le reste a été saisi de peur et a rendu gloire au Dieu du ciel" (Révélation 11:13). La ville sainte est l’ensemble du Peuple de Dieu (Malachie 3:16-18). Dans, l’ancienne Israël, c’était la classe sacerdotale qui était principalement bénéficiaire de la dime (Lévitique 10:38). Par conséquent, le dixième de la ville qui "tombe" ou meurt, représente l’ensemble des 144000 humains, rachetés de la terre pour vivre au ciel pour servir comme rois et prêtres. En conséquence, les 7000 qui meurent et sont tout de suite ressuscités, représentent les humains qui restent pour compléter le groupe des 144000 (1 Thessaloniciens 4 :17 ; Révélation 20 :4). Le reste de la ville qui rend gloire à Dieu, représente la grande foule qui survivra à la grande tribulation (Révélation 7 :9-17 ; Zacharie 13 :8 "la troisième partie") (LA GRANDE TRIBULATION; EN UN SEUL JOURJUBILÉ PLANÉTAIRELA GRANDE FOULELA VIE ÉTERNELLE).

Le chiffre 12

"Alors j’ai entendu une voix forte venant du trône dire : “ Voyez ! La tente de Dieu est avec les humains, et il résidera avec eux, et ils seront ses peuples. Et Dieu lui-même sera avec eux. Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu"

(Révélation 21:3,4)

Le chiffre 12 représente l’expression de la souveraineté de Dieu par une administration d’une nation ou un groupe d’adorateurs de Jéhovah. Les 12 tribus d’Israël, les 12 apôtres (Genèse 49 :28 ; Matthieu 12 :2-4). Ce symbolisme de l’administration d’un peuple ressort très bien dans la Révélation : les 12 fois 12000 de l’Israël Spirituelle, les 144000 (Révélation 7 :4-8 ; 14 :1-5).

Les dimensions de la Nouvelle Jérusalem tournent autour du chiffre 12, en tant que multiple : "Et la ville est carrée, et sa longueur est aussi grande que sa largeur. Et il a mesuré la ville avec le roseau : douze mille stades ; sa longueur et sa largeur et sa hauteur sont égales" (Révélation 21:16). Un cube de 12 mille stades sur chacune des 12 arêtes du cube, nous obtenons par leur somme, le chiffre de (12x12000) 144000 stades. La hauteur astronomique (12000x185=2220 km) de la Nouvelle Jérusalem illustre bien le fait qu’elle descende sur terre d’auprès de Dieu, comme un cordon ombilical symbolique, qui relie le ciel où habite Dieu et la future terre paradisiaque: "J’ai vu aussi la ville sainte, la Nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, et préparée comme une épouse parée pour son mari" (Révélation 21 :2).

Cette ville symbolique a une base avec une muraille de 144 coudées de hauteur : "Et il a mesuré sa muraille : cent quarante-quatre coudées, d’après une mesure d’homme, qui est en même temps [une mesure] d’ange" (Révélation 21 :17). Le symbolique des 144 coudées (mesure de la longueur d’un coude humain), semble indique que l’administration céleste de la Nouvelle Jérusalem, aura sa correspondance humaine ou terrestre. Par exemple, les 144000 seront rois et prêtres selon Révélation 5 :30. Les correspondances humaines à ces deux fonctions célestes, seront celle de prince comme représentant de cette royauté céleste, et de "fils de Zadoc", correspondant à la prêtrise céleste (Psaumes 45 :16 ; Ésaïe 32 :1,2 "princes" ; Ézéchiel 44 :3 "chef"; Ézéchiel 40 :46 "fils de Zadoc"). Ces deux fonctions de prince et de prêtres, constitueront la base protectrice de la souveraineté de Dieu et de l’adoration à Dieu, de la Nouvelle Jérusalem sur terre par la muraille symbolique de 144 coudées de hauteur (L'administration terrestre du Royaume de Dieu).

D'une façon générale, les expressions dans la Bible, en relation avec les chiffres, sont souvent des figures de styles qui ont valeur de symbole qualificatif. Comme nous l'avons brièvement vu, pour exprimer la complétude ou ce qui est au maximum, dans le sacré (7), ce qui est incomplet (6), l'insistance (2 et 3), ce qui complet dans l'espace (4), ce qui est superlatif ou démesuré, lorsque le 10 multiplie un 7 ou un quatre et ainsi de suite. C'est souvent le contexte biblique immédiat qui permet de comprendre le symbolisme de l'expression numérique (LA NOUVELLE JÉRUSALEM; ROYAUME DE DIEU SUR TERRE; RÉSURRECTION CÉLESTERÉSURRECTION TERRESTRE; LE PRINCE TERRESTRELE PRÊTRE TERRESTRELE LÉVITE DU PARADIS).

144000

"Et j’ai vu, et regardez ! l’Agneau qui se tenait debout sur le mont Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille ayant son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts"

(Révélation 14:1)

Ce texte décrit le roi Jésus-Christ au ciel, avec les 144000 au complet, qui partageront la royauté et la prêtrise avec lui. Il est tout à fait normal de se demander si ce chiffre de 144000, est à prendre au sens littéral ou au sens figuré. C’est le contexte du livre de la Révélation qui nous permet d’avoir une réponse claire, particulièrement au chapitre 7:3-8. Au verset 4, il est écrit ceci: "Et j’ai entendu le nombre de ceux qui ont été scellés : cent quarante-quatre mille, scellés de toutes les tribus des fils d’Israël". Les versets suivants (5-8), énumèrent la répartition des 144000, en 12 tribus de 12000.

Ensuite, des versets 9-17, l’apôtre Jean fait la description d’une grande foule qui survivra à la grande tribulation. Concernant ce groupe d’humains, il écrit ceci: "Après ces choses j’ai vu, et regardez ! une grande foule que personne ne pouvait compter, de toutes nations et tribus et peuples et langues, se tenant debout devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de longues robes blanches ; et il y avait des palmes dans leurs mains" (Révélation 7:9). Dans ce texte nous avons une information indirecte qui nous indique clairement que le chiffre 144000, est à prendre au sens littéral: "Après ces choses j’ai vu, et regardez ! une grande foule que personne ne pouvait compter". Pourquoi l’apôtre Jean donne la précision "que personne ne pouvait compter" ? Parce que cette information sur la grande foule innumérable, est en contraste avec la précédente, celle du groupe précis des 144000. Cette vision fait suite à celle du groupe complet des 144000, répartis en 12 tribus de 12000, ce qui démontre que le chiffre de 144000, est à prendre au sens littéral.