ESPAÑOL                        PORTUGUÊS                       ENGLISH

BIBLE EN LIGNE        

BIBLE EN LIGNE (Comparaison de traductions en Français)       

BIBLE EN LIGNE (Plusieurs langues proposées)

Menu thématique d’articles bibliques

Jésus-Christ nous enseigne sur l’espérance de la vie éternelle et de la résurrection

"Je suis la résurrection et la vie"

(Jean 11:25)

Jésus-Christ s’est désigné comme étant la source de la résurrection, peu avant celle de son ami Lazare, mort depuis quatre jours (Jean 11). Son enseignement sur la résurrection nous permet d’avoir une compréhension complète du sujet (Les liens hypertextes bleus renvoient à d’autres articles d’études bibliques).

La résurrection est une recréation ou une renaissance

"Lors de la recréation, quand le Fils de l’homme s’assiéra sur son trône glorieux, vous qui m’avez suivi, vous siégerez, vous aussi, sur douze trônes, jugeant les douze tribus d’Israël"

(Matthieu 19:28)

La période de "recréation" est le moment de la résurrection terrestre qui débutera peu après la grande tribulation, mentionnée dans la prophétie de Daniel chapitre 12:1 et 2 : "Et durant ce temps-là se lèvera Mikaël, le grand prince qui se tient là en faveur des fils de ton peuple. Et à coup sûr ce sera un temps de détresse tel qu’il n’y en a pas eu depuis qu’une nation a paru jusqu’à ce temps-là. Et durant ce temps-là ton peuple échappera, tous ceux qui seront trouvés inscrits dans le livre. Et beaucoup de ceux qui sont endormis dans le sol de poussière se réveilleront, ceux-ci pour la vie de durée indéfinie et ceux-là pour les opprobres et pour l’aversion de durée indéfinie" (Daniel 12:1,2). Les douze tribus d’Israël (mentionnées aussi en Luc 22:30), représentent l’humanité ressuscitée et la grande foule qui aura survécu à la grande tribulation, durant le règne de millénaire, mentionnées dans la prophétie d’Ézéchiel chapitres 40 à 48 (Dans cette prophétie, les 12 tribus d’Israël sont présentées comme le prototype ou modèle de la future population mondiale ressuscitée dans le paradis terrestre).

Ce sera une administration de la résurrection terrestre et de jugement, mentionnée par Jésus-Christ et les prophéties d’Ézéchiel (40-48) et Daniel, qui durera 1000 ans conformément aux informations du livre de la Révélation (20:1-7). Voici la description prophétique de cette période: "Et j’ai vu un grand trône blanc et celui qui était assis dessus. De devant lui se sont enfuis la terre et le ciel, et on n’a pas trouvé de place pour eux. Et j’ai vu les morts, les grands et les petits, qui se tenaient debout devant le trône, et on a ouvert des rouleaux. Mais on a ouvert un autre rouleau ; c’est le rouleau de vie. Et les morts ont été jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les rouleaux, selon leurs actions. Et la mer a rendu les morts qui s’y trouvaient, et la mort et l’Hadès ont rendu les morts qui s’y trouvaient, et ils ont été jugés chacun individuellement selon leurs actions" (Révélation 20:11-13). Les "rouleaux" qui sont ouverts, seront de nouvelles instructions divines, comparables à celles que l’on trouve dans la Bible, et qui permettront de faciliter l’administration mondiale de la résurrection. Dans le "rouleau de vie" seront inscrits les noms des ressuscités qui obtiendront la vie éternelle. Nous le verrons plus loin, sur la base de déclarations du Christ, les noms des ressuscités justes y sont inscrits.

Revenons, sur le mot "recréation", traduit du texte grec: (παλιγγενεσία) palengenesia (re=palen ; création=genesia), qui désigne aussi une renaissance, un renouveau, une régénération (Strong’s Concordance (G3824)). La personne ressuscitée sera "recréée" avec un nouveau corps humain. Il n’y aura pas la résurrection de la chair, ou de l’ancien corps décédé devenu poussière, mais de nouveaux atomes et de nouvelles cellules composeront ce nouveau corps humain. Il est aussi évident que la résurrection n’est pas une "réincarnation". De plus elle ne fait pas partie d’un cycle de plusieurs vies et de morts ou de renaissances d’une même personne. Dans la prophétie de Daniel 12:1,2, mais aussi dans l’enseignement du Christ, il est écrit qu’après cette première résurrection, il y aura un jugement qui décidera si la personne ressuscitée vivra éternellement ou non. Dans le cas d’un jugement défavorable, la personne cessera d’exister d’une façon définitive: "Ne vous étonnez pas de cela, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement" (Jean 5:28,29).

La résurrection ou recréation, fera revivre la même individualité ou personnalité unique, avec ses propres caractéristiques, qui permettront d’être reconnues par les personnes de sa propre famille et éventuellement de ses anciennes relations. Cependant, cette personne aura un corps nouveau, sans les défauts liés à son ancienne vie sous la loi du péché adamique (hérité d’Adam) qui provoquait la vieillesse, la maladie et la mort (Romains 5:12 ;6:23). Il est évident, que même si cette personne sera physiquement ressemblante, ce ne sera pas peut-être pas toujours facile de la reconnaitre dans un premier temps, car il pourra y avoir une grande différence entre sa jeunesse et sa beauté physique retrouvée, et celle que nous aurons peut-être toujours connue, âgée, malade ou handicapée, dans l'ancien système de choses (Job 33:25).

Pour illustrer, prenons quelques exemples qui montrent comment Jésus-Christ ressuscité a été reconnu par l’expression de sa propre individualité passée et non par les différents corps humains qu’il (semble-t-il) revêtait durant cette période (car il a été ressuscité en tant qu’esprit et, pour être vu il revêtait un corps humain (un esprit généralement, ne se voit) (1 Corinthiens 15 :45)). Après la mort et résurrection du Christ, il est resté une quarantaine de jours sur terre et s’est présenté plusieurs fois à ses disciples qui ne le reconnaissaient pas toujours tout de suite, mais seulement par sa façon de parler (Jean 20 :16 "Jésus lui dit : “ Marie ! ” Se retournant, elle lui dit, en hébreu : “ Rabbouni ! ” (ce qui signifie “ Enseignant ! ”)"), de bénir et de rompre le pain avant de le manger (Luc 24 :30,31 "Et comme il était étendu à table avec eux, il prit le pain, le bénit, et, l’ayant rompu, il le leur remettait. Alors leurs yeux s’ouvrirent pleinement et ils le reconnurent ; et il disparut de devant eux") ou peut-être d’anciens souvenirs partagés (Jean 21:4-7, ses disciples le reconnaissent lorsqu’il refait le miracle de la pêche miraculeuse (Comparer avec Luc 5:5-8))… Ainsi, le point de compréhension essentiel à propos de la résurrection, c’est le retour à la vie d’une personnalité unique qui existait avant, dans un nouveau corps humain, sans péché ou défaut physique qui provoquait dans le passé, le vieillissement et la mort (Romains 5:12 ; 6:23).

La renaissance

En revenant à nouveau sur le mot grec palengenesia, traduit par recréation, il est question aussi de renaissance. Est-ce que cette renaissance ou résurrection, est la même évoquée dans une conversation du Christ avec un enseignant nommé Nicodème, en Jean chapitre 3 ? "En réponse Jésus lui dit : “ Oui, vraiment, je te le dis : Si quelqu’un ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. ” Nicodème lui dit : “ Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Il ne peut tout de même pas entrer une deuxième fois dans la matrice de sa mère et naître ? ”  Jésus répondit : “ Oui, vraiment, je te le dis : Si quelqu’un ne naît d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Ne t’étonne pas parce que je t’ai dit : Vous devez naître de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi est tout homme qui est né de l’esprit. ” En réponse Nicodème lui dit : “ Comment ces choses peuvent-elles se faire ? ” En réponse Jésus lui dit : “ Tu es un enseignant d’Israël et pourtant tu ne sais pas ces choses ? Oui, vraiment, je te le dis : Ce que nous savons, nous en parlons, et ce que nous avons vu, nous en témoignons, mais vous ne recevez pas notre témoignage.  Si je vous ai dit des choses terrestres et pourtant vous ne croyez pas, comment croirez-vous si je vous dis des choses célestes ? D’autre part, aucun homme n’est monté au ciel sauf celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. Et de même que Moïse a élevé le serpent dans le désert, de même le Fils de l’homme doit être élevé,  pour que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle" (Jean 3:3-15).

Selon le contexte de l’ensemble de la conversation, on peut dire sans hésiter que l’expression "naître de nouveau" s’applique tant à la vie éternelle, qu’à la résurrection céleste et terrestre. Cependant, le fait de naitre d’eau et d’esprit évoque le baptême d’eau et d’esprit saint du Christ qui a abouti à sa mort et sa résurrection. De même, les 144000 qui auront une résurrection céleste, doivent naître d’eau et d’esprit à l’exemple du Christ. Il faut nous arrêter sur le symbolisme du baptême chrétien dans ce qu’il décrit en terme d’immersion dans la mort et de renaissance par la résurrection, en remontant de l’eau (qui fait office de matrice), étant revivifié par l’esprit saint, venant de Jéhovah Dieu. Prenons le baptême du Christ, qu’ensuite, ses disciples devaient imiter (Matthieu 3:13-17 ; Matthieu 28:19,20): "Alors Jésus vint de Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. (…) Après avoir été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l’eau ; et, voyez, les cieux s’ouvrirent, et il vit descendre comme une colombe l’esprit de Dieu qui venait sur lui. Voyez ! Il y eut en outre une voix venant des cieux qui disait : “ Celui-ci est mon Fils, le bien-aimé, que j’ai agréé"" (Matthieu 3 :13-17).

Le baptême dans la mort et la résurrection

Le baptême est une immersion complète du corps (et non une simple aspersion). Ensuite la personne est tout de suite remontée hors de l’eau (βαπτίζω baptizō : immerger, submerger (Strong’s Concordance (G907)). Cette cérémonie est une description prophétique de l’ensemble du ministère du Christ, débutant dès son baptême, jusqu’à sa mort et sa résurrection. Sa nouvelle naissance a eu effectivement lieu, sur un plan spirituel, au moment de son baptême. Il est devenu le Christ, le fils unique engendré de Dieu par sa nouvelle naissance. Celle-ci, avait une valeur de promesse de Dieu, qui aurait un caractère effectif qu’au terme de son ministère, sa mort et ensuite sa résurrection qui constituerait sa renaissance effective en tant qu’esprit ressuscité (1 Corinthiens 15:45). De sorte que cette cérémonie de quelques secondes, n’a fait que résumer les trois ans et demi du ministère du Christ, menant à sa mort, et ensuite à sa résurrection, ou renaissance effective pour aller rejoindre son Père dans les cieux. Ainsi, son immersion dans l’eau, représentait, le baptême dans la mort du Christ, son ministère terrestre à compter de cet instant qui le mènerait inéluctablement jusqu’à sa mort sacrificielle (Jean 3:16). Et la remontée de l’eau, sa renaissance et résurrection effective en tant qu’esprit pouvant regagner les cieux.

C’est l’apôtre Paul qui explique cela, sous inspiration, en montrant que les chrétiens, ont un baptême dans la mort, similaire à celui du Christ: un ministère chrétien qui mènerait inéluctablement à la mort, et ensuite, une renaissance similaire, la résurrection en tant qu’esprit (pour les 144000): "Ou bien ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés dans Christ Jésus, nous avons été baptisés dans sa mort ? Nous avons donc été enterrés avec lui par notre baptême dans sa mort, afin que, de même que Christ a été relevé d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. Car si nous nous sommes unis à lui dans la ressemblance de sa mort, à coup sûr nous serons aussi [unis à lui dans la ressemblance] de sa résurrection"  (Romains 6:3-5).

Par conséquent, la renaissance évoquée par le Christ en Jean 3, a effectivement lieu au moment du baptême, en tant que promesse (si nous restons fidèles jusqu’à la fin (Matthieu 24 :13)), mais a une valeur effective, qu’après la mort et ensuite la résurrection: "Mais Jésus leur répondit, en disant : “L’heure est venue pour que le Fils de l’homme soit glorifié. Oui, vraiment, je vous le dis : Si un grain de blé ne tombe pas en terre et ne meurt pas, il reste un seul [grain] ; mais s’il meurt, il porte alors beaucoup de fruit" (Jean 12 :23,24). Dans l’illustration, le grain de blé qui meurt pour donner plus de fruit, c’est la mort (son immersion dans l’eau, ou son enterrement en tant que "grain de blé") et sa résurrection, le grain qui devient un épi de blé qui donne du fruit. Dans la conversation avec Nicodème, en Jean 3, l’épi de blé qui donne du fruit trouve sa correspondance avec l’élévation du serpent de cuivre dans le désert qui a sauvé les Israélites qui le regardaient, après avoir été piqués par un serpent : "Et de même que Moïse a élevé le serpent dans le désert, de même le Fils de l’homme doit être élevé,  pour que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle" (Jean 3:14,15).

L’apôtre Paul reprend exactement la même illustration (du grain qui meurt en terre et revit en donnant du fruit) pour décrire le ministère chrétien qui mène à la mort naturelle (immersion dans l’eau) et ensuite à la résurrection (la remontée de l’eau, lors du baptême) : "Homme déraisonnable ! Ce que tu sèmes n’est pas rendu à la vie si d’abord il ne meurt ; et quant à ce que tu sèmes, tu sèmes non pas le corps qui va naître, mais un grain nu, peut-être de blé ou de l’une quelconque des autres [plantes] ; mais Dieu lui donne un corps comme il l’a voulu, et à chacune des semences son propre corps. Toute chair n’est pas la même chair ; mais autre est celle des humains, autre la chair du bétail, autre la chair des oiseaux, autre celle des poissons. Et il y a des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est la gloire des corps célestes, autre celle des corps terrestres" (1 Corinthiens 15:36-40). Que ce soit dans le contexte de Jean 3, et les lettres inspirées de Paul, la nouvelle naissance que l’on acquiert au baptême, est une promesse de vie éternelle par la résurrection céleste ou terrestre, ou la survivance sans mourir à la grande tribulation. Il est a noter, en 1 Corinthiens 15 :40, que l’apôtre Paul montre que son raisonnement du grain qui tombe en terre pour donner un épi à la résurrection, qu’il l’applique tant à ceux qui recevront un corps céleste (les 144000), qu’un corps terrestre, à leur résurrection: "Et il y a des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est la gloire des corps célestes, autre celle des corps terrestres" (1 Corinthiens 15:40).

D’une façon beaucoup plus générale, le symbolisme du baptême chrétien, l’immersion dans l’eau, représentant la mort ou le changement de condition, et la remontée de l’eau, la renaissance ou la résurrection, est tout aussi applicable à l’ensemble de l’humanité descendante d’Adam. Elle est actuellement sous la loi du péché adamique, sous l’eau (Romains 5:12). Dans la prophétie d’Ésaïe chapitre 25, cette condamnation à mort mondiale héritée d’Adam est décrite par l’image d’une enveloppe qui recouvre l’humanité, et la résurrection par son retrait (ce qui est semblable au baptême, la disparition dans l’eau, et la réapparition par la résurrection ou nouvelle naissance): "Oui, Jéhovah des armées fera pour tous les peuples, dans cette montagne, un banquet de mets ruisselants d’huile, un banquet de [vins qu’on a laissé reposer sur leur] lie, de mets ruisselants d’huile, pleins de moelle, de [vins qu’on a laissé reposer sur leur] lie [et qu’on a] filtrés. Oui, il engloutira dans cette montagne la face de l’enveloppe [étendue] sur tous les peuples [et] qui les enveloppe, ainsi que le tissu qui est tissé sur toutes les nations. Oui, il engloutira la mort pour toujours ; oui, le Souverain Seigneur Jéhovah essuiera les larmes de dessus tous les visages. Et l’opprobre de son peuple, il l’ôtera de dessus toute la terre, car Jéhovah lui-même [l’]a dit" (Ésaïe 25:6-8). Il est écrit ceci (un peu plus loin) à propos du récit prophétique de la résurrection mondiale et de la disparition de la mort héritée d’Adam : "Tes morts vivront. Un cadavre à moi — ils se relèveront. Réveillez-vous et poussez des cris de joie, vous qui résidez dans la poussière ! Car ta rosée est comme la rosée des mauves, et la terre fera tomber [c’est-à-dire enfantera] même ceux qui sont sans force dans la mort" (Ésaïe 26:19). Par la résurrection mondiale officiellement terminée à la fin des mille ans, l’humanité sera remontée de l’eau, avec une nouvelle naissance (Révélation 20:5).

La résurrection et la question du mariage

Jésus-Christ a été questionné à ce sujet, voici à la fois la question (posée par les Sadducéens pour l’embarrasser, parce qu’ils ne croyaient pas en la résurrection) et sa réponse: "Ce jour-là, des Sadducéens, qui disent qu’il n’y a pas de résurrection, s’avancèrent vers lui et lui demandèrent : “ Enseignant, Moïse a dit : ‘ Si un homme meurt sans avoir d’enfants, son frère doit épouser sa femme et susciter une descendance à son frère. ’ Or il y avait parmi nous sept frères ; et le premier s’est marié, est décédé et, comme il n’avait pas de descendance, il a laissé sa femme à son frère. Il en a été de même aussi pour le deuxième, et pour le troisième, et ainsi pour tous les sept. La dernière de tous, la femme est morte. À la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme ? Car tous l’ont eue”. En réponse Jésus leur dit : “ Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne connaissez ni les Écritures ni la puissance de Dieu ; car à la résurrection les hommes ne se marient pas et les femmes ne sont pas données en mariage, mais ils sont comme des anges dans le ciel. Pour ce qui est de la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce qui a été prononcé à votre adresse par Dieu, quand il a dit :  ‘ Je suis le Dieu d’Abraham et le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob ’ ? Il est le Dieu, non pas des morts, mais des vivants. ” En entendant cela, les foules étaient frappées de son enseignement" (Matthieu 22:23-33).

L’alliance du mariage instituée par Jéhovah Dieu était un moyen de peupler la terre par la procréation: "Et Dieu se mit à créer l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. En outre, Dieu les bénit et Dieu leur dit : “ Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez la terre et soumettez-la ; tenez dans la soumission les poissons de la mer, et les créatures volantes des cieux, et toute créature vivante qui se meut sur la terre”" (Genèse 1:27,28). L’introduction du péché dans le monde par Adam, a changé la situation en détruisant par la mort sa descendance: "Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes parce que tous avaient péché" (Romains 5:12). La résurrection de la majeure partie de cette descendance sera, cette fois, le résultat d’une recréation (et non d’une procréation). C’est pour cela que Jésus-Christ dit que les ressuscités seront "comme des anges dans le ciel", en ce sens qu’ils seront directement créés avec un corps humain nouveau, tout comme les anges dans le ciel ont été directement créés sans le processus de la procréation. La réponse de Jésus-Christ est donc logique: "à la résurrection les hommes ne se marient pas et les femmes ne sont pas données en mariage".

Selon la Bible, la mort met fin à l’alliance du mariage entre un homme et une femme: "Par exemple, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant, mais si son mari meurt, elle est libérée de la loi de son mari" (Romains 7:2). Par conséquent, lorsque deux anciens conjoints se retrouveront dans le paradis terrestre, à la résurrection, ils ne seront plus sous la loi du mariage. Ils pourront continuer à avoir des relations humaines basées sur une affection fraternelle, mais sans l’intimité autorisée seulement dans le cadre du mariage (Hébreux 13:4a). En Révélation 20:12 il est écrit qu’il y aura de nouveaux rouleaux, c’est-à-dire de nouvelles instructions divines, qui pourraient, peut-être fixer les modalités de ces relations fraternelles entre les anciens conjoints, sans nécessairement légiférer dans les moindres détails, mais plutôt dans le bon sens, et la perspicacité liée à la maturité chrétienne (Hébreux 5:14). Dieu est amour, par conséquent il fera en sorte que les retrouvailles à la résurrection, entre anciens conjoints qui se seront tendrement aimés (dans l’ancien système de choses), se fassent dans la joie et la continuité d’une affection fraternelle, cette fois éternelle (1 Jean 4:8).

La résurrection des justes et des injustes

Jésus-Christ a enseigné que les ressuscités justes ne seront pas "jugés" ou "scrutés", mais ils passeront de la mort à la vie: "Car, de même que le Père relève les morts et leur rend la vie, ainsi le Fils aussi rend la vie à ceux qu’il veut.  Car le Père ne juge personne, mais il a remis tout le jugement au Fils,  afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé.  Oui, vraiment, je vous le dis : Celui qui entend ma parole et croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie (…) et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie" (Jean 5:23-24,29a). L’apôtre Paul a désigné cette résurrection des justes menant à la vie éternelle, et sans jugement, par l’expression de "meilleure résurrection": "mais d’autres hommes ont été torturés parce qu’ils n’acceptaient pas de libération par quelque rançon, afin de parvenir à une meilleure résurrection. Oui, d’autres ont reçu leur épreuve par des moqueries et des coups de fouet, et même plus que cela : par des liens et des prisons. Ils ont été lapidés, ils ont été éprouvés, ils ont été sciés en deux, ils sont morts tués par l’épée, ils sont allés çà et là [vêtus] de peaux de moutons, de peaux de chèvres, alors qu’ils étaient dans le besoin, dans la tribulation, en butte aux mauvais traitements ; et le monde n’était pas digne d’eux. Ils ont erré dans les déserts et les montagnes, dans les grottes et les antres de la terre" (Hébreux 11:35-38 ; l’ensemble du chapitre 11 contient les noms de personnages fidèles qui auront une "meilleure résurrection" sans jugement, passant de la mort à la vie éternelle).

Jésus-Christ a enseigné que les ressuscités injustes seront jugés : "Ne vous étonnez pas de cela, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement" (Jean 5:28,29). Par l’expression "résurrection de jugement", nous devons comprendre une résurrection où la personne injuste ressuscitée, revivra dans de bonnes conditions paradisiaques et sera enseignée et jugée sur une assez longue période de temps pour statuer si elle obtiendra la vie éternelle ou pas. La prophétie d’Ésaïe laisse entendre que cette période d’observation, même menant à une issue défavorable, pourrait durer une centaine d’années ou peut-être plus: "car on mourra étant [encore] un garçon, bien qu’âgé de cent ans ; quant au pécheur, bien qu’âgé de cent ans, on appellera le mal sur lui" (Ésaïe 65:20b).

La dernière épreuve

Ce qui est sûr, le jugement, des ressuscités injustes se terminera à la fin des mille ans. Au terme de cette période, selon le livre de la Révélation, il y aura un dernier criblage général de l’ensemble de l’humanité, par la libération provisoire de Satan le diable et des démons de l’abîme (la première aura lieu pendant la grande tribulation qui vient (Matthieu 24 :21)): "Or, dès que les mille ans seront achevés, Satan sera délié de sa prison, et il sortira pour égarer les nations aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, pour les rassembler pour la guerre. Leur nombre est comme le sable de la mer. Et ils se sont avancés sur la largeur de la terre et ils ont encerclé le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais du feu est descendu du ciel et les a dévorés. Et le Diable qui les égarait a été jeté dans le lac de feu et de soufre, où [se trouvaient déjà] et la bête sauvage et le faux prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit à tout jamais" (Révélation 20:7-10).

Comme l’informe cette prophétie biblique, alors que l’humanité sera complètement régénérée à la fois sur le plan physique et spirituel, un phénomène étrange va se produire dû à la libération provisoire de Satan le diable et la horde de démons déchainés, prêts pour la dernière campagne mondiale de mensonges homicides qui avaient, auparavant, dans l’ancien système de choses, causé la mort d’Adam et Eve et de toute leur descendance (Romains 5:12). La situation risquera d’être tout aussi étrange que celle décrite en Genèse 3:1-6, où on peut lire que le diable s’est servi d’un serpent comme d’une marionnette pour prêcher un mensonge meurtrier (Jean 8:44). Comme il est écrit beaucoup y croiront et tomberont dans le piège, leur nombre sera "comme le sable de la mer", ce qui ne veut pas nécessairement dire que cela représentera la majorité de l’humanité. Cependant, le récit prophétique informe que leur nombre considérable sera suffisant pour mettre "le camp des saints et la ville bien-aimée" dans une situation critique. Étant donné, que la prophétie mentionne l’expression "Gog de Magog" pour Satan et sa dernière coalition terrestre, "pour les rassembler pour la guerre", il s’agira bien d’une dernière tentative criminelle pour exterminer les saints terrestres, provisoirement en situation critique.

Le récit informe que cette fois, conformément à la prophétie de Genèse 3:15, la tête du serpent sera définitivement écrasée avec sa descendance céleste et terrestre (Romains 16:20). Il est écrit en Révélation 20:10: "Et le Diable qui les égarait a été jeté dans le lac de feu et de soufre, où se trouvaient déjà et la bête sauvage et le faux prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit à tout jamais" (Révélation 20:10). Le "lac de soufre" est tout aussi symbolique que la bête sauvage et le faux prophète, il représente la destruction définitive. Il est aussi écrit en Révélation 20:14, que la "mort et l’Hadès" ont été jetés dans le lac de feu, ce qui démontre, une fois de plus, qu’il s’agit bien d’un lieu symbolique.

Cependant, il convient de s’arrêter sur l’examen attentif de l’expression "ils seront tourmentés jour et nuit à tout jamais". Il est évident qu’elle est à prendre également sur un plan symbolique, de la même manière que le lac de feu. Que signifie-t-elle ? C’est un emprisonnement éternellement qui est à mettre en perspective avec le fait que le diable, auparavant avait été jeté dans l’abîme pendant un temps limité à mille ans (Révélation 20:2). Néanmoins, afin de s’assurer qu’il s’agit bien de la bonne interprétation, il est important de voir le verbe grec d’origine traduit par "tourmenter" ou torturer : (βασανίζω) basanizo (G928 Strong’s Concordance). Nous retrouvons ce mot avec la même racine, sous la forme d’un nom en Matthieu 18:34: "Là-dessus son maître, pris de colère, l’a livré aux geôliers, jusqu’à ce qu’il ait rendu tout ce qu’il devait". Le mot traduit par "geôliers", dans ce passage vient du mot grec (βασανιστής) basanistes (la même racine que basanizo) (tortoribus en latin), qui signifie tourmenteur, bourreau (G930 Strong’s Concordance). Ce qui veut que Satan sera "emprisonné" éternellement dans la destruction. Ce qui est conforme aux prophéties de Genèse 3:15 et Romains 16:20, qui décrivent une destruction définitive de Satan (et non le maintien en vie dans l’objectif d’un tourment (ou torture) éternel (ce qui serait contraire à l’amour de Dieu (1 Jean 4:8)).

La deuxième résurrection

C’est après cette épreuve finale, que sera décrété l’accomplissement de la deuxième résurrection de l’ensemble de l’humanité qui vivra éternellement dans le paradis terrestre (la première étant celle des 144000 au début du règne millénaire): "Le reste des morts n’ont pas pris vie jusqu’à ce que les mille ans soient achevés" (Révélation 20:5). Ce qui devrait du même coup, clôturer le septième jour mentionné en Genèse : "Et pour le septième jour Dieu acheva son œuvre qu’il avait faite ; et il s’est mis à se reposer le septième jour de toute son œuvre qu’il avait faite. Et Dieu s’est mis à bénir le septième jour et à le rendre sacré, parce qu’en lui il se repose effectivement de toute son œuvre que Dieu a créée dans le but de faire" (Genèse 2:2,3).

De façon perfide Satan le diable a profité de cette situation pour attaquer le droit à la souveraineté de Dieu (Genèse 3:1-6). Cependant, dans son immense sagesse, Jéhovah Dieu aura su déléguer provisoirement son autorité à son fils bien-aimé Jésus-Christ : "Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre" (Matthieu 28:18). Comme il est écrit, Jésus-Christ restituera à son Père cette autorité, au terme (ou avant le terme) de ce septième jour, de sorte que, finalement, il se terminera comme il a commencé, par la bénédiction divine de Jéhovah Dieu : "Mais lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même se soumettra aussi à Celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit toutes choses pour tous" (1 Corinthiens 15:28).

La puissance de la Parole de Dieu ne manquera pas d’être glorifiée par l’accomplissement inéluctable de son dessein, et ce, même lorsque Dieu est au "repos" pour reprendre l’expression de Genèse 2:2,3: "Car vos pensées ne sont pas mes pensées, et mes voies ne sont pas vos voies ”, c’est là ce que déclare Jéhovah.  “De même, en effet, que les cieux sont plus hauts que la terre, ainsi mes voies sont plus hautes que vos voies, et mes pensées que vos pensées. De même, en effet, que la pluie torrentielle descend, ainsi que la neige, [du haut] des cieux et ne retourne pas en ce lieu sans avoir vraiment saturé la terre et sans l’avoir fait produire et germer, de sorte que la semence est vraiment donnée au semeur et le pain à celui qui mange, ainsi sera ma parole qui sort de ma bouche. Elle ne reviendra pas vers moi sans résultat, mais elle ne manquera pas d’exécuter ce en quoi j’ai pris plaisir et, à coup sûr, elle aura du succès dans ce pour quoi je l’ai envoyée" (Ésaïe 55:8-11).