ENGLISH                                      ESPAÑOL                                           PORTUGUÊS

LE SANG EST SACRÉ

« Seulement la chair avec son âme — son sang — vous ne devez pas la manger »

(Genèse 9 :4)

Jéhovah Dieu interdit formellement la consommation du sang, que ce soit par voie alimentaire ou dans un but thérapeutique ou médical. Depuis l’époque postdiluvienne, cette interdiction formelle de la consommation du sang a été répétée dans la Loi Mosaïque : « Quant à tout homme de la maison d’Israël ou à tout résident étranger qui réside comme étranger au milieu de vous, qui mange n’importe quelle sorte de sang, oui je tournerai ma face contre l’âme qui mange le sang et je la retrancherai bel et bien du milieu de son peuple » (Lévitique 17 :10).

Le Sang a une Valeur Sacrée Propitiatoire

Après avoir répété cette interdiction, Jéhovah a expliqué la raison pour laquelle Il ne veut absolument pas que le sang soit consommé : « Car l’âme de la chair est dans le sang, et moi je l’ai mis pour vous sur l’autel, pour faire propitiation pour vos âmes, car c’est le sang qui fait propitiation par l’âme [qui est en lui]. 12 C’est pourquoi j’ai dit aux fils d’Israël : “ Nulle âme d’entre vous ne doit manger du sang et nul résident étranger qui réside comme étranger au milieu de vous ne mangera du sang » (Lévitique 17 :11,12). Le sang a une valeur propitiatoire et ne pouvait être utilisé que pour les sacrifices (pour les animaux purs) qui symbolisaient la restitution de la vie à Dieu, à cette époque, sur l’autel sacrificiel. Restitution de la vie symbolisée par l’effusion du sang à terre d’un animal dont la chair allait être consommée : « Seulement, le sang, vous ne devrez pas le manger. Tu le verseras à terre comme de l’eau » (Deutéronome 12 :16).

Le Chrétien respecte la Valeur Sacrée Propitiatoire du Sang

La valeur sacrée du sang (particulièrement du sang humain), allait prendre pleinement son sens dans la compréhension du rôle salvateur de la valeur propitiatoire du sang du Christ. Et bien évidemment, cette interdiction de la consommation du sang a été répétée au commencement du christianisme à l’époque des apôtres du Christ : « Ma décision est donc de ne pas inquiéter ceux des nations qui se tournent vers Dieu, 20 mais de leur écrire de s’abstenir des choses qui ont été souillées par les idoles, et de la fornication, et de ce qui est étouffé, et du sang. (…) Car l’esprit saint et nous-mêmes avons jugé bon de ne pas vous ajouter d’autre fardeau, si ce n’est ces choses-ci qui sont nécessaires : 29 vous abstenir des choses qui ont été sacrifiées aux idoles, et du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. Si vous vous gardez soigneusement de ces choses, vous prospérerez. Portez-vous bien ! » (Actes 15 :19,20,28,29).

Ainsi, cette loi chrétienne sur le sang, interdit qu’un être humain verse le sang d’un autre être humain. Le sang humain appartient à Dieu et non à la Patrie. Dieu interdit de verser le sang au nom de la Patrie et ni au Nom de Dieu : « Alors Jésus lui dit : “ Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée » (Matthieu 26 :52). « Rendez donc les choses de César à César, mais les choses de Dieu à Dieu » (Matthieu 22 :21).

DIAPORAMA DU MÉMORIAL DU SACRIFICE DU CHRIST

LETTRE AUX CINQ VIERGES AVISÉES

LE SENS DES SACRIFICES

MENU PRINCIPAL

CONTACT